Rechercher
  • Le Réseau de Simone

Le féminisme et les hommes


Le féminisme est très souvent représenté exclusivement par des femmes et parfois critiqué car le mouvement serait, pour certains, « anti-homme ». La notion d’égalité n’est pas comprise par tous et toutes, et crée souvent des tensions lors de débats.

Pourquoi le féminisme est-il si mal vu par certaines personnes ? Comment faire comprendre à ces derniers l’importance de ce mouvement, pour les femmes mais aussi pour les hommes ?


Il existe beaucoup de situations déplorées par des personnes « anti féministes ». J’ai constaté que certaines personnes partent de l’idée que l’égalité femmes/hommes est atteinte. De part ce constat, les hommes seraient, selon ces personnes, susceptibles de vivre autant voir plus de discriminations que les femmes. Plusieurs vont jusqu’à affirmer qu’ils seraient victimes des « excès » féminins, qu’ils subiraient un système matriarcal à cause du mouvement féministe. Ils ne reconnaissent donc pas les discriminations systémiques que vivent les femmes et vont même jusqu’à s’approprier ces inégalités.

J’ai beaucoup discuté avec des connaissances sur le sujet de l’égalité et plusieurs arguments contre le féminisme sont ressortis : les gardes d’enfants données systématiquement aux mères lors de séparations, le congé paternité ou encore plus insolite, l’entrée gratuite en boite pour les femmes. Je pense que tous ces exemples ne sont pas utilisés à bon escient et que le féminisme sert aussi aux hommes.

Prenons l’exemple des entrées gratuites en soirée pour les femmes : ne dit-on pas que lorsque c’est gratuit, c’est nous le produit ?



(Oui oui, ceci est une vraie affiche de pub pour une boite de nuit nommée "Le Carré

Trendy", dans le Var..)


Bien entendu, c’est sympa de pouvoir s’amuser en boite sans payer d’entrée, mais il faut savoir regarder plus loin. Bon nombre d’établissements pratiquent cela pour attirer la clientèle masculine. Les femmes se retrouvent alors dans la position « d’appât », car le cliché veut que les hommes sont plus en recherche de séduction mais aussi que les hommes consomment plus (d’alcool) que la gente féminine. On peut même souvent voir des photos de femmes très légèrement vêtues sur les affiches de pub de ces dites soirées. La femme ne devrait pas être un objet sexuel ni un argument commercial.

Il est compréhensible que cela soit agaçant pour les hommes mais il faut absolument se rendre compte que cela n’est qu’un stratagème sexiste. Faire office d’appât pour attirer d’autres personnes n’est pas agréable du tout, tout comme être vu comme des individus constamment influençables par la présence ou non de la gente féminine.


On peut aussi parler, par exemple, de la durée du congé de paternité, plus que minime en France. En effet, un jeune papa pourra prendre 14 jours maximum pour la naissance de son enfant (sauf cas spéciaux d’enfants malades ou prématurés) tandis que la femme pourra prendre au minimum 16 semaines. Bien-sûr, cette différence pourrait s’expliquer par l’effort physique et psychologique que demande une grossesse et un accouchement, mais en dehors de cela, on se rend bien compte que l’homme est laissé pour compte. Pourtant, il est clair que la présence active du deuxième parent est indispensable pour subvenir aux besoins du nouveau-né et ne pas laisser la mère, fatiguée de son accouchement, tout gérer. Mais cela va plus loin : comment les pères peuvent-ils créer des liens avec leurs bébés s’ils sont au travail ? Cela entretient l’idée que la femme est faite pour s’occuper des enfants (même si toutes les femmes ne veulent pas d’enfants) et que l’homme ne doit pas s’investir plus que ça dans sa vie de famille et doit être celui qui rapporte un salaire à la maison. Idée qui persiste depuis des siècles et qui fait le malheur de beaucoup d’hommes et de femmes.

Nous pouvons même aller plus loin et dire que dans beaucoup de cas, cette distanciation de l’homme à ses enfants lui donne un désavantage de taille lors des séparations : la garde des enfants est donnée davantage aux mères qu’aux pères (à 76% aux femmes en 2010 selon l’Insee).


gif


Il faudrait, à mon sens, que chacun réalise que le sexisme nous touche tous, femmes ou hommes. Qu’être féministe, ce n’est pas vouloir œuvrer QUE pour les femmes, mais agir pour que tout le monde soit égaux. Le cliché de l’homme fort est aussi toxique que celui de la femme faible, il décourage les hommes à exprimer leurs sentiments, besoins et douleurs. Paraître fort et « virile » en toute circonstance, ne pas faire sa « fillette » (cette expression est, je trouve, très parlante sur l’état actuel des stéréotypes) … Peut-être est-ce la raison pour laquelle les hommes sont en grande majorité les premières victimes du suicide ? (selon l’Organisation Mondiale de la Santé) …


Pourquoi est-ce qu’un « vrai mec » devrait systématiquement savoir se battre, quitte à finir avec la tête de Rocky ? Pourquoi les hommes ne devraient pas pleurer ou chercher du réconfort quand ça ne va pas ? Entre un homme qui a besoin d’un peu de tendresse et un homme qui se met à casser toute la vaisselle pour évacuer, le choix est rapide. Accepter et exprimer ses émotions et faiblesses, ne fera pas des hommes moins des hommes, juste des humains.

gif

La lutte féministe œuvre pour tout le monde, et a besoin de tout le monde pour avancer, car avant d’être une femme ou un homme, nous sommes des humains, censés être tous égaux.


Coleen.S


95 vues

©2019 by Le Réseau de Simone. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now